Déconsommons… et avec les sommes économisées, finançons des initiatives engagées !


Le modèle

Rien qu’en faisant quelques efforts pour déconsommer et en se mettant à plusieurs, on a la capacité de participer au financement du développement d’alternatives, dans nos villes !

Des CIGALES regroupent depuis plus de 20 ans des épargant·e·s qui financent ensemble des projets d’économie sociale et solidaire.

En économisant un petit peu chaque mois sur des achats qu’on préférerait remplacer par de la sobriété, on peut être un grand nombre à abonder à de nouvelles CIGALES, des sommes, certes petites, mais qui mises bout à bout dans de nombreuses CIGALES pourront donner une impulsion au développement d’alternatives dans les environs de là où on vit !

Ça vous parle ? Rejoignez la cigale de déconsommation de votre ville !

Amorce dans le Bas-Rhin

Actuellement, ce projet est encore au stade de l’idée, et je (Jibé) envisage de passer à la concrétisation. Le plus simple est de mobiliser du monde pour former ensemble une première cigale de déconsommation là où je suis et donc dans le Bas-Rhin. Et tant qu’à faire des efforts sur notre consommation, autant avoir déjà en vue un financement qui aurait un impact fort :

Ensemble, finançons un chantier de plantation de haies sur une ferme !

L’association Haies Vives d’Alsace organise la plantation de haies faites d’essences d’arbres locales adaptées au type de sol, principalement sur les terres de fermes qui souhaitent revenir à plus de biodiversité. Une partie du coût est subventionné par l’État, et environ 1/3 reste à la charge de l’agriculteur.

Accorder un prêt à un·e agriculteur·ice pour que la plantation ait lieu cette année et lui laisser quelques années pour rembourser le prêt, c’est quelques années de gagnées. On envoie également un signal de soutien à l’agriculteur·ice dans sa démarche, et ça crée du lien entre nous !

Et les éco-colocations et éco-habitant·e·s dans tout ça ?

L’invitation à rediriger notre consommation, économiser quand on peut déconsommer, nous regrouper et nous organiser pour financer des alternatives naissantes à proximité de chez nous, c’est dans un esprit similaire aux démarches de consommation engagée et d’adoption de modes de vie écolos qu’ont les éco-habitant·e·s.

Les éco-colocs réunissent plusieurs personnes qui veulent adopter des gestes écolos, pour réussir collectivement là où seul·e, c’est difficile de rester motivé·e.

Je (Jibé) suis impliqué dans l’animation de la dynamique éco-colocations et je cherche au maximum à ce que cette proposition soit dans l’intérêt des éco-colocs. Je vais continuer à essayer de maintenir cet équilibre fragile, mais rester immobile pour autant !

Quel lien avec les CIGALES ?

CIGALES signifie Club d’investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’épargne Solidaire et le modèle que je propose vise à suivre la charte des clubs investisseurs CIGALES.

Je (Jibé) avance sur la présentation du modèle avec pour but de l’évoquer à la fédération des CIGALES. Pour le moment j’utilise le nom par simplicité, mais sans avoir demandé l’agrément. Vous faites partie de la fédération des CIGALES ? S’il vous plaît, écrivez-moi via le formulaire de contact.

Quel est le modèle économique pour payer les animateur·ices ?

Définir un modèle économique aurait pu créer un cas de conscience mais il existe un modèle où les efforts pour faire croître la dynamique coûte peu à chacun·e et provoque… plus de montants déconsommés et plus de personnes impliquées à déconsommer et s’organiser collectivement pour financer des initiatives engagées.

Modèle économique

Ce projet vous parle ? Soutenez-le pour qu’il se développe !

Par exemple en vous abonnant au média participatif Photo-reportages des initiatives collectives. Appel à financement

Une question, une idée ?